Niger : Première évaluation Eau, Hygiène et Assainissement dans la région de Diffa affectée par des déplacements

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

DSCN0301La région de Diffa au Niger a été affectée par de sévères pénuries en eau et des déplacements continus au cours des mois derniers avec près de 83000 personnes réfugiées, 31500 retournés, et 127000 déplacés internes qui ont besoin d’une assistance humanitaire, selon les données de la Direction Régionale de l’État Civil et de Réfugiés publiées en mai 2016.Face à la crise, les acteurs humanitaires, sous l’impulsion du Groupe Technique Eau, Hygiène, et Assainissement (EHA) dans la région de Diffa et du Cluster EHA dans la capitale Niamey, ont mis en place une intervention d’urgence pour répondre aux besoins accrus des populations vulnérables dans le secteur EHA.

Dans ce contexte, REACH, avec l’assistance du Cluster EHA Global, a mené la présente évaluation en juin 2016 pour soutenir les partenaires au niveau national dans le but de combler le manque d’information sur l’étendue des besoins dans le secteur EHA dans les zones les plus touchées par les déplacements de population. L’évaluation a eu pour but de faire un constat des conditions et de la gestion des infrastructures d’approvisionnement en eau, d’évaluer les conditions des latrines communes construites dans le cadre de la réponse d’urgence aux déplacements forcés. Retrouvez l’intégralit
é de l’études ainsi que les recommandations dans le rapport en suivant ce lien.

L’évaluation a mis en évidence une situation complexe au niveau des points d’eau de la région de Diffa. Elle a montré que ces points d’eau, même s’ils étaient majoritairement fonctionnels (à 70%) au moment de l’évaluation, restaient fortement sujets aux pannes sur des périodes prolongées. Ces pannes sont difficilement prises en charge par les comités de gestion (CG), et dans 17% des cas, les usagers réagissent par un recours à des stratégies dangereuses de consommation d’eau à des sources de qualité inférieure.

L’évaluation a aussi décrit plusieurs aspects spécifiques à la situation des latrines communes, des installations qui, bien que largement fonctionnelles (86%), souffrent du manque de moyens de la communauté. En filigrane, on observe aussi le rôle positif de sensibilisation aux pratiques d’hygiène élémentaire joué par les CG, qui mènent des campagnes de ce type dans les deux tiers des cas.

L’évaluation EHA a notamment permis de mettre l’accent sur le rôle positif joué par les CG dans la gestion et la maintenance des ouvrages d’eau et des latrines, de confirmer que la majorité des points d’eau évalués étaient fonctionnels en juin 2016, mais a aussi montré que des problèmes restaient présents et qu’une partie de la population était engagée dans des habitudes de consommation d’eau risquées. Le besoin d’une intervention pérenne avec des programmes de reconstruction, et non seulement dans l’urgence, se pose toujours pour les acteurs humanitaires présents dans la région.