Press Release: Refugees and migrants in the South of Tunisia- a crisis of unmet needs

October 22, 2019

Tunis, Tunisia- Located in the Tunisian desert and at the periphery of the Mediterranean, the governorate of Medenine is one of Tunisia’s main migration hubs. In March this year, the closure of a refugee and migrant shelter following reports of overcrowding and inhumane conditions briefly made headlines and triggered protests and promises for change. Nonetheless, the humanitarian response in Medenine remains insufficient to address all refugee and migrant needs. To better understand the situation in the region and strengthen effective humanitarian action, REACH conducted a qualitative assessment on the drivers, needs and intentions of migrants in the governorate of Medenine. While arrival numbers may seem small in relation to worldwide migration flows, the assessment illustrates that challenges faced by refugees and migrants in the area require acute attention.

Key findings

• Between October 2018 and August 2019 the majority of new arrivals arrived via Libya, over land or after being picked up at sea; people typically left following the intensification of clashes in Tripoli in August and September 2018.

• Lack of shelter space and the need for improving existing accommodation remains a major concern for refugees and migrants.

• Mental health problems are pervasive, exacerbated by severe traumas faced along migration trajectories and the lack of psychological support.

• Refugees and migrants report being excluded from services due to language barriers and discriminatory practices, despite basic rights and critical needs.

• The increased presence of extremely vulnerable groups such as unaccompanied minors, single women, and East-Africans emphasises the urgency of improved response as the lack of protection leaves them exposed to severe risks.

A need for targeted response

Tunisia recently faced a 125% increase in refugee and migrant referrals, with 1162 people referred between October 2018 and August 2019, compared to 516 people between January and September 2018. Incoming migrants and refugees predominantly move through the governorate of Medenine and the population is highly diverse, with a majority coming from Sudan, Eritrea, Ethiopia, Somalia, Côte d’Ivoire and Syria. Of all arrivals, approximately 80% have travelled through Libya. UNHCR reports that around 94% of refugees and migrants transiting through Libya have experienced some sort of violence or abuse, such as kidnapping, sexual violence, protracted detention, torture, or human trafficking. East-Africans especially are known to be vulnerable, as they commonly travel in closed smuggling networks, exposing them to severe security risks without an escapeway. Hence, the physical and psychological needs of people arriving in Tunisia require immediate attention – however, the assessment shows they remain severely under-addressed.

Lack of assistance also negatively affects dynamics between the host community and the refugee and migrant population. Increased visibility of refugees and migrants combined with heightened media attention has provoked frustration about inter-governorate distribution of migrants. These sentiments are fed by tensions with shelter facility personnel and demonstrations to gain attention to the dire living conditions. Local residents have highlighted the need for social cohesion and integration programming, aiming to reduce communal tensions by sensitising both local and refugee and migrant communities.
As conflict intensifies in North-West Libya, an increasing number of refugees and migrants in the region consider Tunisia to be the closest safe haven. However, the situation in Medenine highlights the need for an urgent response in order to mitigate a growing crisis of unmet needs.

Methodology and scope of assessment

This qualitative study is based on 60 in-depth individual interviews with male and female refugees and migrants, 24 key informant interviews with researchers, NGO and INGO staff and 4 focus group discussions with representatives of the host communities in Medenine and Zarzis. Data was collected in the governorate of Medenine, known for being one of the main hubs for refugees and migrants in Tunisia.

The original report (in French) can be found here.
The executive summary (in English) is accessible here.

About REACH and IMPACT Initiatives

IMPACT Initiatives is a leading Geneva-based think-and-do tank that shapes humanitarian practices, influences policies and impacts the lives of humanitarian aid beneficiaries through information, partnerships and capacity building programmes. IMPACT’s teams are present in over 20 countries across the Middle East, Latin America, Africa, Europe and Asia, and work in contexts ranging from conflict and disasters to regions affected by displacement and migration. Most of the work done by IMPACT is carried out through its humanitarian data and information initiative REACH.

REACH facilitates the development of information tools and products that enhance the capacity of aid actors to make evidence-based decisions in emergency, recovery and development contexts. The methodologies used by REACH include primary data collection and in-depth analysis, and all activities are conducted through inter-agency aid coordination mechanisms. REACH is a joint initiative of IMPACT Initiatives, ACTED and the United Nations Institute for Training and Research – Operational Satellite Applications Programme (UNITAR-UNOSAT).

For more information or interview requests, please contact:

Emmanuel Gamard
Communications & Dissemination
emmanuel.gamard@impact-initiatives.org

Francesca Garofalo
Migration Assessment Manager
francesca.garofalo@reach-initiative.org


 


Communiqué de presse: Réfugiés et migrants dans le sud de la Tunisie- une crise de besoins humanitaires non satisfaits

22 octobre 2019

Tunis, Tunisie – Situé dans le désert tunisien et à la périphérie de la Méditerranée, le gouvernorat de Médenine est l’un des principaux carrefours de la migration Tunisie. En mars de cette année, la fermeture d’un centre d’hébergement pour réfugiés et migrants suite à des informations faisant état de surpeuplement et de conditions inhumaines a brièvement fait la une des médias et a déclenché une série de manifestations suivie par des promesses de changement. Néanmoins, la réponse humanitaire à Médenine reste insuffisante pour répondre aux besoins des réfugiés et des migrants présents sur place. Afin de mieux comprendre la situation dans la région et de renforcer l’action humanitaire, REACH a mené une évaluation qualitative des facteurs, des besoins et des intentions des migrants dans le gouvernorat de Médenine. Bien que le nombre d’arrivées puisse sembler mineure par rapport aux flux migratoires globaux, l’évaluation montre que les défis auxquels sont confrontés les réfugiés et les migrants dans la région nécessitent une attention toute particulière.

Résultats clés
      • Entre octobre 2018 et août 2019, la majorité des nouveaux arrivants ont transité via la Libye, par voie terrestre ou maritime. Ces personnes ont généralement quitté le pays suite à l’intensification des affrontements à Tripoli en août et septembre 2018.
      • Le manque de places d’hébergement et la nécessité d’améliorer les logements existants restent une des préoccupations majeures pour les réfugiés et les migrants.
      • Les problèmes de santé mentale sont omniprésents et exacerbés par de graves traumatismes subis le long des trajectoires migratoires ainsi que par le manque de soutien psychologique.
      • Les réfugiés et les migrants déclarent être exclus de l’accès aux services de base en raison de contraintes linguistiques et de pratiques discriminatoires, malgré leurs droits fondamentaux et leurs besoins critiques.
      • La présence croissante de groupes extrêmement vulnérables, tels que les mineurs non accompagnés, les femmes célibataires ainsi que les migrants et réfugiés en provence d’Afrique de l’Est, souligne l’urgence d’améliorer la réponse apportée car le manque de protection les expose à des risques graves.
    Un besoin d’assistance urgent et priorisé

    La Tunisie a récemment fait face à une augmentation de 125% du nombre de réfugiés et migrants, avec 1162 personnes référées entre octobre 2018 et août 2019, contre 516 personnes entre janvier et septembre 2018. La population reste très diversifiée, avec une majorité de Soudanais, d’Érythréens, d’Éthiopiens, de Somaliens, d’Ivoiriens et de Syriens. Environ 80% de tous les arrivants ont traversé la Libye à un moment donné de leur trajet migratoire. Selon le HCR, environ 94% des réfugiés et des migrants en transit via la Libye ont été victimes de violences ou d’abus, tels que des enlèvements, des violences sexuelles, des détentions prolongées, des actes de torture ou de trafic d’êtres humains. Les migrants et réfugiés en provenance d’Afrique de l’Est en particulier sont connus pour leur vulnérabilité accrue, car ils voyagent généralement dans des réseaux de passeurs illicites, les exposant à de graves risques pour leur sécurité, sans échappatoire. Par conséquent, les besoins physiques et psychologiques des personnes arrivant en Tunisie requièrent une attention immédiate.

    Toutefois, l’évaluation REACH montre que les besoins des personnes affectées restent sérieusement négligés.
    Le manque d’assistance a également une incidence négative sur la dynamique entre la communauté d’accueil et la population de réfugiés et de migrants. La visibilité amplifiée des réfugiés et des migrants, combinée à l’attention accrue des médias, a provoqué de la frustration dans les communautés d’accueils suscitée, entre autres, par la répartition des migrants dans les différents gouvernorats. Ces sentiments sont alimentés par des tensions avec le personnel des centres d’hébergement (Shelter) et par des manifestations ayant pour but d‘attirer l’attention sur les conditions de vie déplorables. Les résidents locaux ont souligné le besoin de programmes de cohésion sociale et d’intégration visant à réduire les tensions communautaires.
    Alors que le conflit s’intensifie dans le nord-ouest de la Libye, un nombre croissant de réfugiés et de migrants dans la région considèrent la Tunisie comme le refuge le plus proche. Cependant, la situation à Médenine souligne la nécessité d’une réponse urgente afin d’atténuer une crise croissante de besoins non satisfaits.

    Méthodologie et portée de l’évaluation

    Cette étude qualitative s’appuie sur 60 entretiens individuels approfondis avec des réfugiés et des migrants, hommes et femmes confondus, 24 entretiens avec des chercheurs, des ONG et des ONGI, ainsi que 4 discussions de groupe avec des représentants des communautés hôtes à Médenine et à Zarzis. Les données ont été collectées dans le gouvernorat de Médenine, connu pour être l’un des principaux centres de réfugiés et de migrants en Tunisie.

    Le rapport original (en français) est accessible ici.
    Le résumé (en anglais) est accessible ici.

    À propos de REACH et IMPACT Initiatives

    IMPACT Initiatives est un groupe de réflexion et d’action de premier plan, basé à Genève, qui a pour vocation de façonner les pratiques humanitaires, d’influer sur les politiques pour une action humanitaire mieux informée et plus efficace et d’impacter la vie des bénéficiaires de l’aide humanitaire par le biais d’informations fiables, de partenariats et de programmes de renforcement des capacités. Les équipes d’IMPACT sont présentes dans plus de 20 pays du Moyen-Orient, d’Amérique latine, d’Afrique, d’Europe et d’Asie et travaillent dans des régions affectées par les conflits et les catastrophes, ainsi que celles touchées par les déplacements et les migrations. La majorité du travail effectué par IMPACT est fait à travers son initiative de collecte et d’analyses de données humanitaire REACH.

    REACH facilite l’élaboration d’outils et de produits d’information visant à renforcer les capacités des acteurs humanitaires à prendre des décisions informées lors de situations d’urgence, de redressement et de développement. Pour ce faire, les méthodes utilisées par REACH incluent la collecte de données primaires, suivie d’une analyse approfondie de celles-ci. Toutes les activités sont menées dans le cadre des mécanismes de coordination inter-agences. REACH est une initiative conjointe d’IMPACT Initiatives, d’ACTED et de l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche – Programme opérationnel pour les applications satellitaires (UNITAR-UNOSAT).

    Pour plus d’informations ou toute demande d’interview, veuillez contacter:

    Emmanuel Gamard
    Communication & Dissémination
    emmanuel.gamard@impact-initiatives.org

    Francesca Garofalo
    Migration Assessment Manager
    francesca.garofalo@reach-initiative.org